Comme si le tourisme était la panacée

Article : Comme si le tourisme était la panacée
30 décembre 2014

Comme si le tourisme était la panacée

Qui me dira le contraire que le Togo est un beau petit pays de l’Afrique de l’Ouest ? Qu’il est bercé magnifique par l’Océan atlantique et que c’est un atout – mal exploité – et une bonne chose ?

Qui me dira que le Togo n’attire pas chaque année des centaines de curieuses personnes qui veulent le découvrir, à travers ses différents sites touristiques, dont plusieurs ne sont que les reliques d’un passé plus flamboyant ? Soit.

Regardez plutôt ce joli documentaire, qu’on vous balance devant les yeux dans des rencontres qui n’ont souvent rien à avoir avec le sujet. Édulcoration ? Vernissage ? Revers de médaille ? Stop ! Regardons plutôt.

Le tourisme est un secteur clé dans le développement socio-économique de nombreux pays. Vrai. Est-ce cette compréhension des choses qui amène le ministère du tourisme du Togo a entreprendre des initiatives ? Parmi ces dernières, on peut citer la vulgarisation du Plan Directeur de Développement et d’Aménagement du Tourisme. Document élaboré avec l’appui de l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et validé le 30 juillet dernier. Bien.

Le développement de tout secteur passe d’abord par l’élaboration d’un plan directeur. Pas étonnant. Je ne suis donc pas surpris de la joie manifestée vis-à-vis du Plan Directeur de Développement et d’Aménagement Touristique.

Vraisemblablement transportés par le succès de la rédaction, de la validation de ce document, des gens sont allés plus loin à mon avis. « Le tourisme est un indicateur de paix et de sérénité dans un pays » ou encore « le tourisme contribue à la réduction de la pauvreté et dans une certaine mesure à la paix mondiale ». Voilà des affirmations qui selon moi, méritent plus d’attention, sous un ciel comme celui togolais.

Puisque si ces formules sont une évidence sous d’autres cieux, elles ne sauront être considérées de la sorte sur tous les territoires, comme si le tourisme était la panacée aux problèmes de paix et de la pauvreté des togolais. Le tourisme au Togo, le portail magique ?

Allez y vous serez content frustré de lire de belles phrases du genre « du sourire d’un petit enfant à une cascade au cœur de la forêt, le Togo se révèle comme un pays des petits miracles, une pierre précieuse étincelante au bord des eaux bien plus polluées que jamais azurées du golfe du Bénin en Afrique Occidentale ».

Comme par miracle bien sûr, c’est sur ce portail que j’ai lu avec tristesse que les localités Agbodrafo, Baguida, Avépozo, entre autres, figurent parmi les villes du Togo, comme quoi, il y a là des sites touristiques ? Bon sang ! Ça vous déformez l’éducation, vous déformez l’histoire, la géographie aussi s’il vous plaît.

On dit que c’est l’heure de la pause ?

Mais l’heure viendra, et elle est déjà là, pour que les choses se fassent autrement. Aussi quand je regarde cette vidéo publiée sur Youtube, et soigneusement titrée « David y a cru, mais cette fois, c’est Goliath qui l’a emporté à Lama », me dis-je que de David à Goliath l’écart n’est pas que d’âge. Il est aussi temporel. Banale opposition de durée. L’ordre reviendra dans la cité. Ah les luttes, les luttes, nos luttes de classes !

Maintenant, monsieur le ministre du tourisme, j’aime bien votre démarche mais je vous dis que le tourisme togolais a besoin de prérequis politiques pour valider ses crédits. Le pays tangue sur les brisants de la politique. Hier encore c’était des gens dans la rue pour réclamer ce ne c’est quoi. Preuve que la paix dont on nous parle est remise en cause. Demain quelle scène ? Mais cela n’est pas de votre ressort, oui, oui. C’est pourquoi je parle de prérequis, de conjugaison politique.

Le Togo, « pays hautement touristique » ne saurait faire face à ses besoins de l’heure par le seul truchement du tourisme. Pour que « le tourisme soit un indicateur de paix et de sérénité dans un pays » comme le Togo, il faut améliorer aussi les conditions / climat politique. Nous ne pouvons pas sauter d’étapes. Aussi à l’heure où l’on parle de l’écotourisme avec force, le tourisme n’est-il pas une question environnementale importante. Vous savez, dans un pays où plus de 60 % de la population font leurs besoins dans la nature, je me demande quel sera le visage du tourisme écologique ? Mais qu’est devenue notre « Susse de l’Afrique de l’Ouest » ? Dites-moi s’il vous plaît !

Monsieur Victor Tfaraba, vous l’aviez dit et c’est vrai « Le tourisme reconnu mondialement comme étant l’un des secteurs les plus dynamiques dans la création de richesses et d’emplois, est malheureusement sous exploité dans de nombreux États africains, notamment notre pays le Togo, alors que celui-ci participe énormément à l’amélioration des conditions socio-économiques des populations à la base ».

Le tourisme à lui seul ne saurait nous sauver le Togo de la situation actuelle. Je ne crois pas qu’il soit une sorte de baguette magique qui peut inoculer la paix, lutter efficacement contre la pauvreté au Togo. Le mal est ailleurs. Ces choses doivent se régler ailleurs. Nous devons travailler ensemble sur la souche de ces maux qui sont beaucoup plus politiques que touristiques.

Richard Folly.

Partagez

Commentaires

vita
Répondre

Bonjour,
Merci de partager ces vidéos. Personnellement, je connais très peu le Togo, mais, grâce à cette petite chronique, j’ai pu apprendre pas mal de choses, surtout concernant le secteur du tourisme de ce beau pays.

Richard Folly
Répondre

Bonjour Vita, je suis gratifié de savoir que ce modeste billet a retenu votre attention. Il faut dire que le Togo est un pays à grande valeur ajoutée touristique, il reste à exploiter ces ressources pour un développement socio économique durable. Merci de votre passage ici, et espère que vous y reviendrez souvent.