Cinq milles arbres : enfin des espaces verts à Lomé ?

Article : Cinq milles arbres : enfin des espaces verts à Lomé ?
3 juin 2014

Cinq milles arbres : enfin des espaces verts à Lomé ?

« Nous les conducteurs de taxis motos, reconnaissons que planter des arbres est une bonne chose pour protéger notre environnement. Protéger l’environnement c’est éviter de jeter les sachets plastiques dans la rue ».

Des conducteurs de taxis motos en train de planter des arbres
Des conducteurs de taxis motos en train de planter des arbres

A l’occasion de la journée de l’Arbre, vous êtes invités à la couverture d’une cérémonie de mises en terre de jeunes plants, demain dimanche 1er juin à 08h00 en face de la Résidence du Bénin, à côté de la pharmacie Yembla. C’est le message que je reçus sur mon téléphone portable.

Le samedi soir avant de publier mon billet Rimbaud mon regret, j’avais presque oublié que le jour suivant serait la journée de l’arbre. Moi blogueur environnementaliste. Ce qui allait me le rappeler n’était pas loin d’arriver. Vous l’aviez compris ?

À l’heure indiquée j’étais sur les lieux. ….

1er juin journée de l’arbre. Initiée au Togo par le feu président Gnassingbé Eyadéma depuis 1977, cette journée a pour vocation la plantation des arbres et la sensibilisation des populations sur l’importance de la protection de l’environnement. IL est demandé à chaque citoyen de planter au moins un arbre en ce jour.

Le dimanche passé pour honorer cet engagement, la Délégation à l’Organisation du Secteur Informel (DOSI) a organisée en collaboration avec les ministères de l’environnement, de l’agriculture et du commerce, une sensibilisation des acteurs du secteur informel sur l’importance de la journée de l’arbre. Ces acteurs qui sont notamment les conducteurs de taxis motos et les revendeuses.

Ces deux catégories d’acteurs sont les plus concernés, puisque les premiers, après des heures de travaillent se reposent souvent sous des arbres, et laissent trainer aussi souvent sur les routes les sachets qui ont servi d’emballage pour leurs nourritures. Les bonnes dames, elles autres utilisent souvent les sacs et sachets plastiques comme emballages pour leurs marchandises. Des emballages qui se retrouvent après dans la nature. Je suis convaincu que dans les pays où se pratique le taxi moto, on ne peut qu’approuver le choix de ces conducteurs.

Je me suis rendu compte qu’il s’était agit de leur montrer la nécessité de protéger notre environnement, couplet avec une sensibilisation sur la gestion des déchets surtout les sachets plastiques. L’objectif de cette journée de l’arbre pour la Délégation à l’Organisation du Secteur Informel, est de mettre en terre 5 000 plants essentiellement des Eucalyptus, à travers la mobilisation de 4 000 personnes environ, réparties dans les quartiers de Lomé. La valeur ajoutée de l’Eucalyptus vous le savez, est son fort taux d’absorption de l’eau dans le sol, contribuant ainsi à la réduction des inondations.

Deux sites principaux ont été retenus pour la circonstance. Sur le premier, qui couvre les terrains situés entre la nouvelle présidence et le Centre Hospitalière Régional-Lomé Commune, 2 000 plants ont été mis en terre de part et d’autre du boulevard, par 1 500 femmes. Il est à noter que 2 000 autres plants seront mis en terre par d’autres femmes au cours de cette semaine.

Des femmes du secteur informel en train de planter des arbres
Des femmes du secteur informel en train de planter des arbres

Sur le second site situé en face de la Résidence du Bénin, à côté de la pharmacie Yembla, où les conducteurs de taxis motos ont travaillé, ce sont 200 jeunes pousses qui ont été plantées. Ailleurs à Lomé, d’autres conducteurs de taxis motos planteront également 200 autres jeunes arbres.

Les 5 000 arbres sont plantés, oui, mais jusqu’à quand Lomé restera toujours sans espaces verts ?

Mais de quels espaces verts je parle ? Sauf abus de langage, il n’en n’existe quasiment plus. Mêmes les quelques uns mis en place par l’administration allemande au cours de la période coloniale ont disparu. Laissant parfois des reliques, seuls témoins d’un passé verdoyant. Pour ceux qui comprennent le sens du nom  » Alomé » qui signifie  » dans les buissons », qui deviendra plutard Lomé, la capitale togolaise et les espaces verts sont inséparables. Hélas, ironie végétative. Le manque de suivi en ait pour quelque chose.

Pourtant les conducteurs de taxis motos ont fait leur part et ils en sont fiers.

« Nous les conducteurs de taxis motos reconnaissons que planter des arbres est une bonne chose pour protéger notre environnement, grâce à la sensibilisation de la Délégation à l’Organisation du Secteur Informel. Nous invitons les autres conducteurs de taxis motos qui ne sont encore avec nous à nous rejoindre pour cette cause. Protéger l’environnement c’est éviter de jeter les sachets plastiques dans la rue, c’est aussi porter son casque » a déclaré Kponvi Kodjo, délégué du syndicat des conducteurs de taxis motos.

Cette journée de l’arbre organisée par la Délégation à l’Organisation du Secteur Informel a connue également la participation de 120 agents de Scout. Ils ont assuré une opération de salubrité publique pour répondre à l’esprit de sensibilisation de la DOSI pour la protection de l’environnement, couplet à la gestion des sachets plastiques.

Pour la DOSI, il s’agit de parvenir à trois objectifs à travers cet événement. « Nous voulons rencontrer les acteurs du secteur informel pour les sensibiliser sur la cause environnementale. Ce faisant, participer au reboisement des espaces verts pour la protection de notre environnement. Enfin passer un message sur la gestion des déchets, notamment les sachets plastiques » a affirmé Gnofam Mani Moïse, animateur de projet à DOSI, chargé de la région Maritime et des Savanes. Ah les fameux jardins et espaces verts d’antan si vous pouviez y penser sérieusement ? Me dis-je.

Il me plaît en fin, de citer cette phrase de Peter Sebald, de l’ex-Académie des Sciences de la RDA. Si elle pouvait éveiller nos chers ministères de l’environnement, de l’agriculture et du commerce, la DOSI même sur l’importance des espaces verts dans une agglomération urbaine, pour que l’on continue de pérenniser les faits dans ce sens, non pas seulement une fois par an, à chaque premier mai, elle aurait beaucoup fait.

Elle dit :  » S’il y a une tradition de la période coloniale allemande qui devrait être poursuivie aujourd’hui, c’est bien la plantation des arbres dans les rues de Lomé. Cela améliorerait les conditions d’environnement des hommes et rendrait le paysage urbain plus beau ».

PS: Nous attendons toujours le fameux projet du parc de la BCEAO. Ce serait un bon début pour le reverdissement de Lomé.

Richard Komlan Folly

Partagez

Commentaires